Le Carême

(2e dimanche) (3e dimanche) (4e dimanche)

 

Présentation du temps du Carême

 

 

"Ne tarde pas, dit le Seigneur, convertis-toi à Dieu, et ne diffère pas de jour en jour." Ce sont les paroles de Dieu et non les miennes; vous ne les avez pas entendues de moi, mais moi je les entends avec vous : "Ne tarde pas, dit-il, convertis-toi au Seigneur." Mais toi tu réponds : "Demain! demain!" (dans le latin du texte : "Cras! cras!") Quel croassement de corbeau! Comme le corbeau envoyé de l'arche n'y est pas revenu et, maintenant qu'il est vieux, dit encore : Demain! demain! C'est le cri du corbeau : tête blanche et coeur noir. Demain! demain! c'est le cri du corbeau : le corbeau n'est pas revenu à l'arche, la colombe est revenue. Qu'il se perde donc, le croassement du corbeau, et que se fasse entendre le gémissement de la colombe."

Saint Césaire d'Arles.

 

 

 

 


2e dimanche de Carême : La Transfiguration

 

Louange à toi, Jésus transfiguré, les disciples ont vu ta gloire,
pour qu'en ta croix, ils te contemplent,
Toi, la splendeur du Père.

 

- Cf. Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 17,1-9). La Transfiguration du Seigneur.

 

Par cette transfiguration, le Seigneur voulait avant tout prémunir ses disciples contre le scandale de la croix et, en leur révélant toute la grandeur de sa dignité cachée, empêcher que les abaissements de sa passion volontaire ne bouleversent leur foi.
Mais il ne prévoyait pas moins de fonder l'espérance de l'Eglise, en faisant découvrir à tout le corps du Christ quelle transformation lui serait accordée; ses membres se promettraient de partager l'honneur qui avait resplendi dans leur chef.
Celui que les signes préfiguratifs avaient promis sous le voile des mystères, est montré comme manifeste et évident par la splendeur de sa gloire présente. Comme l'a dit saint Jean, en effet : Après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. En lui s'est accomplie la promesse des figures prophétiques comme la valeur des préceptes de la Loi, puisque sa présence, enseigne la vérité de la prophétie, et que sa grâce rend praticables les commandements.

Saint Léon le Grand


3e dimanche de Carême : La Samaritaine

 

Vous tous qui avez soif, venez à moi!
O Christ, Source de Vie, répands en nous ton Esprit.

 

- Cf. Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 4,5-43).

 

 

 

En demandant à la Samaritaine de lui donner à boire,
Jésus faisait à cette femme le don de la foi.
Il avait un si grand désir d'éveiller la foi dans son coeur,
qu'il fit naître en elle l'amour même de Dieu.

(Préface du 3e dimanche du Carême)

Cf. aussi les références suivantes : Jn 7,37-39 et Jn 19,28.

L'infantilisme inspire la nausée à ceux qui sentent que l'homme est fait pour être libre et porter une responsabilité. C'est l'intention première du Christ. C'est pourquoi, quand il aborde la Samaritaine, il commence par lui demander quelque chose; il lui demande à boire avant de l'initier aux mystères du Royaume; Trop d'hommes veulent tenir les autres en tutelle, n'admettent pas que leurs subordonnés réussissent mieux qu'eux, exigent que ceux qu'ils obligent, qu'ils enseignent, qu'ils aiment restent leurs débiteurs. Certains Maîtres refusent à leurs élèves cette indépendance qui est pourtant le but de leur formation; leur honneur serait au contraire de lâcher la bride à leurs élèves pour qu'ils deviennent maîtres à leur tour. Il est rare de savoir donner en demandant, rare de savoir donner sans faire peser le don comme une domination, un joug.

Dieu qui veut tout donner, nous demande tellement qu'il ne veux rien faire sans nous: Il nous invite à un mariage d'amour dans lequel notre "oui" conditionne le sien. Ne faisons donc pas de Dieu un paravent, un bouclier, un refuge contre la maladie, la mort, les séparations, les humiliations... Dieu veut avoir besoin de nous pour que nous constituions ensemble le Royaume. Dieu n'aime pas une fausse humilité, une mendicité qui nous dévalorise; Il aspire à notre promotion en vue de la collaboration à laquelle Il nous invite.

M. Zundel

Cf. aussi Is 58,6-11.


4e dimanche de Carême : Guérison de l'Aveugle-né

 

- Cf. Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 9,1-41).

 

 

 

 

 

"L'Aveugle se lava les yeux à la piscine de Siloé. Siloé signifie Envoyé. C'est-à-dire qu'il fut baptisé dans le Christ. Si donc Jésus lui ouvrit les yeux en le baptisant en lui, d'une certaine façon on peut dire qu'il fit de lui un catéchumène quand il lui fit une onction sur les yeux"

Saint Augustin.

Père très bon, tu as conduit l'aveugle-né au royaume de ta lumière, en lui donnant de croire en ton Fils. Délivre nos frères catéchumènes de l'erreur et de l'illusion qui enferment dans les ténèbres. Enracine-les dans la vérité pour qu'ils deviennent bientôt et demeurent toujours des enfants de la lumière. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

(Oraison pour les futurs baptisés)

Cf. aussi : Première lecture de ce dimanche. Ep 5,8-14 : "Maintenant, dans leSeigneur, vous êtes devenus lumière : Vivez comme des fils de la lumière".

 

Revenir à la page d'accueil des Aumôneries étudiantes.